Les clichés lesbiens dans les livres et dans la vraie vie

(Temps de lecture: 5 - 9 minutes)

Les clichés lesbiens dans les livres et dans la vraie vie

Les clichés font partie de la vie. Peu importe les pays, les cultures, les communautés, tous les clichés sont dans la nature, mêmes les clichés lesbiens, et il est naturel d'en remarquer, de les aimer ou de les détester. Quand j'entends des gens dire "mais c'est tellement cliché"... Oui, et alors ?

Suite à une récente discussion dans le groupe littéraire, le Café de l'Homoromance, j'ai souhaité écrire sur ce sujet, car tous les clichés ne sont pas bons à jeter et si certains peuvent être redondants, voire rébarbatifs, il est parfois amusant de les utiliser ou d'en jouer, que ce soit en littérature ou dans la vraie vie.

Sommaire

Qu'est-ce qu'un cliché ?

Le cliché, comme le stéréotype, tire son origine des techniques de reproduction apparues au début du XIXe siècle dans l’imprimerie, pour copier exactement un document ou une page imprimée. L’expression « il tire son cliché » désignait dans les ateliers d’imprimerie l’individu qui répétait constamment la même chose. Le mot est ainsi devenu une figure de style, qui consiste en l'emploi d'une expression « stéréotypée » et banale à force d'utilisation dans la langue. La simple répétition d'une telle image banale conduit au cliché, lorsque celle-ci est reconnue par la communauté linguistique. Le nombre de clichés est très étendu, sachant qu'ils varient d'une époque à l'autre et d'un groupe linguistique à l'autre. Les effets sont souvent variables et relativement proches de l'ironie ; elle est proche de figures comme le lieu commun, le stéréotype et le poncif. Wikipédia

Top 9 des clichés sur les lesbiennes

Une lesbienne est une femme qui n'a pas trouvé l'homme idéal

Un classique. "C'est parce que tu n'as pas trouvé le bon" disent-ils..

Toutes les lesbiennes l'ont déjà entendu au moins une fois dans leur vie. Ces messieurs s'imaginent qu'une femme préfère les femmes parce que... bah, parce qu'elle n'a pas trouvé le pénis idéal pour entrer dans son vagin. Pardon, c'est réducteur, mais l'ego phallique n'est pas si loin de la vérité quand on écoute certains hommes prétendre que les femmes lesbiennes n'ont pas trouvé l'homme qui saura les faire grimper au plafond.

Tu es lesbienne parce que tu es moche

Exaspérant, petit et méchant. Les mêmes personnes auxquelles vous avez parfois envie de répondre : "et toi, tu as vu ta gueule ? Pourtant tu arrives à te reproduire !"

Moi aussi je crois que je suis lesbienne

On a toutes croisé une fille qui souhaite faire un semblant de coming-out pour mieux s'intégrer dans la sphère lesbienne parce qu'un jour (quand elle avait six ans), elle a embrassé sa meilleure amie.

Qui fait l'homme dans votre couple ?

Juste pour le plaisir, j'aime dire que c'est ma copine. Etant donné qu'elle est ultra féminine, ça instaure une sorte de malaise et de stupéfaction amusante.

Au Québec, où les femmes hétérosexuelles sont réputées pour "tenir la culotte" et être actives sexuellement, quand un homme pose cette question je n'hésite pas à renvoyer : "et vous deux, qui fait l'homme dans votre couple ?"

Une lesbienne en couple ne sort plus

Alors pour le coup, ce cliché lesbien est assez vrai. On peut ajouter qu'une lesbienne en couple emménage en général chez sa copine dans les semaines ou les mois qui suivent et disparait très vite du milieu ! La plupart des femmes lesbiennes sont territoriales, possessives, jalouses, et n'ont pas envie de se faire "siffler" leurs trouvailles par une autre.

Tu es lesbienne parce que tu détestes les hommes

Alors ce mythe est décidément mon préféré. Sachez que de façon générale, les lesbiennes n'ont pas de "sentiment" envers les hommes. Ni haine ni amour, elles en sont simplement et totalement désintéressées. Les hommes comme copains, amis, parents, pas de problème, mais certainement pas dans un lit ou un foyer. Rien d'étonnant pour autant que ces messieurs le prennent personnellement, eux qui sont si souvent habitué à être le centre du monde.

Si vous cherchez un homme pour vous envoyer en l'air, pensez à moi

Certains hommes ne comprennent pas que les femmes lesbiennes fuient leurs hormones, leur pénis, leur lourdeur et tout ce qu'il y autour. Non cher monsieur. Si on cherchait un homme, nous ne serions pas lesbiennes, et si l'envie de jouer avec un pénis nous traverse l'esprit pour varier nos plaisirs féminins, on en achète un.

Toutes les lesbiennes sont des femmes masculines, rondes et aux cheveux courts

Eh bien oui et non, même si un tas de femmes sont féminines, minces aux cheveux longs, il y aussi beaucoup de femmes qui ont le drapeau lesbien gravé sur le front (genre moi), qui en sont fières et le revendiquent. Si certaines aiment avoir l'allure masculine ou androgyne et se sentent bien dans cette façon de s'afficher, d'autres aiment et revendiquent leur féminité. Il y a d'ailleurs des femmes ultra masculine, rondes aux cheveux courts qui sont 100% hétérosexuelles.

Les garçons manqués sont des futures lesbiennes

C'est une crainte que j'ai souvent entendu chez des parents soucieux de l'avenir de leur tendre progéniture. Si par malheur ils voient leur fille jouer avec des petites voitures ou souhaitant porter le déguisement de superman pour Halloween, ils prennent rendez-vous chez un psy.

Non, chers parents, vos enfants ne changent pas de sexualité parce qu'ils jouent avec des joués différents des normes patriarcales qui ont biberonné votre enfance.

 

Quels sont les clichés lesbiens dans la romance FxF ?

Après bientôt 20 ans de pérégrinations dans la romance FF, je dirai que celle-ci déconstruit les clichés lesbiens en créant d'autres clichés. Car dans de nombreux romans, les héroïnes sont très souvent des modèles de féminité tout droit sortie des magazines people : belles, riches, instruites, minces, blanches..

Tout ce que la société dite "progressiste" ou "woke" essaye de déconstruire dans le quotidien, la romance lesbienne s'y complaît... et cette complaisance à encore de beaux jours devant elle.

Pourquoi ne pas suivre cette mode idéologique LGBTQI2SAA+ de la déconstruction des clichés et du genre ? Excellente question. Les autrices lesbiennes considèrent-elles cette mode stupide ? Est-ce pour contre-balancer avec les clichés du monde réel qui présentent les femmes lesbiennes comme des butchs ? Est-ce par simple confort imaginatif ou par fantasme ? N'est-ce pas simplement une question de goût ?

Pour ma part, si j'ai eu la chance de rencontrer ma femme féminine qui sort des clichés lesbiens, je dois dire que je la prenais pour une hétérote égarée en plein troupeau de louves voraces prêtes à la dévorer toute crue.

Plusieurs femmes vous diront qu'elles n'ont presque jamais vu dans les bars des modèles du genre qu'on aime dans la série "The L Word". Du moins, on parle là d'une réalité qui saute aux yeux et non pas d'une réalité plus subtile, car des lesbiennes belles, féminines, cultivées et riches, ça existe aussi... C'est juste que, comme ma femme, elles se montrent moins ou ne sont pas cataloguées comme lesbienne.

Dans un récent sondage sur notre Café littéraire, ce modèle hétéronormatif est dénoncé

Visiblement, certaines lectrices en ont marre des belles femmes minces, bien roulées, auxquelles tout réussit ou presque... Elles veulent de la diversité, elles veulent pouvoir s'identifier, et c'est bien normal.

Je les comprends, mais serais-je pour autant capable d'écrire avec comme muses, des héroïnes qui sortent littéralement des prototypes de genre imposés par la société consumériste ? Ou ai-je simplement envie d'écrire sur des modèles de femmes qui ne sont pas à mes goûts ? Non.

J'aime écrire ce que j'aime voir, et en tant que vieille réac assumée, j'aime voir des femmes belles, avec des formes, généralement féminines. J'aime qu'elles aient des rondeurs, de la poitrine, j'aime qu'elles aient une profession qui exige du talent sans nécessairement qu'elles soient pleines aux as.

En clair, j'aime mes clichés littéraires et d'autant plus que je m'inspire en général de personnes réelles et de femmes hétérosexuelles qui m'inspirent par leur caractère, leur carrière, leurs énergies, et bien évidemment, leur physique.

Le plus important c'est la beauté intérieure

Oui, c'est vrai. Je dirai même plus, c'est très hypocrite, mais c'est vrai ! Un beau corps, un beau visage, doté d'une âme vide et sale, personne n'en veut sur du long terme (même si certaines ne crachent pas dessus pour quelques nuits).

Mais soyons honnêtes deux petites minutes : qui voudrait embrasser une femme ou un homme qui n'est pas à son goût et qui inspire (sans parler de dégoût) simplement du rejet, quand bien même son âme est sublime ?

Je connais de nombreuses âmes magnifiques, ce n'est pas pour autant que j'ai envie de les mettre dans mon lit et de finir ma vie à leurs côtés. Un couple, ce n'est pas juste la beauté intérieur. L'attirance est d'abord physique... viennent ensuite les détails. Quand on flash sur quelqu'un, à moins d'avoir des dons extrasensorielles, de capter les auras et autres énergies, on flash sur un physique, pas sur les valeurs morales ou le Q.I. d'un.e individu.

Tout le monde aime ce qui est beau. Et même si Le beau est subjectif a chacun, ce qui est beau pour les uns peut-être laid pour les autres, mais on s'entend que certaines laideurs sont universelles et que pour ces mêmes raisons, certaines personnes, LGBT ou hétéros restent plus longtemps célibataires que d'autres...

Il y a selon moi trois beautés. Celle du corps (beauté physique), celle de l'esprit (beauté intellectuelle), et celle de l'âme (beauté morale). Bien évidemment, tout le monde est en quête de ces trois beautés et très souvent, les auteurs les expriment dans leur romance comme des idéaux que leurs personnages doivent atteindre.

N'est-ce pas d'ailleurs la quête de nos propres vies ?

Commentaire lecteur

Pas de commentaire pour le moment.
  • From 4 to 5
    0
  • From 3 to 4
    0
  • From 2 to 3
    0
  • From 1 to 2
    0
  • From 0 to 1
    0
autrice-livres-lesbiens-com-7c9f1fa2 Les clichés lesbiens dans les livres et dans la vraie vie

Kyrian Malone



Derniers articles

Arts et Culture

Photo : Gary Longbottom Le constat était à la fois étrange et amusant quand nous avons réalisé qu'Anne Choma était l'autrice de "Gentleman Jack" relatant la vie d'Anne Lister et d'Ann Walker, et...

Arts et Culture

Gustave Courbet - Le Sommeil (1866), Paris, Petit Palais Peinture et lesbianisme. Un couple très productif ! Avec l’aide d’un ami j’ai donc décidé d’explorer de temps en temps l’art lesbien. Ce...

Arts et Culture

Le synopsis Fereshteh doit cacher son bébé illégitime pendant une nuit à ses parents qui lui rendent une visite surprise. Son amie Atefeh l'aide. Elles se lancent dans une odyssée au cours de...

Arts et Culture

C'est à retardement que je découvre une nouvelle pépite que je dois impérativement partager avec vous. Vous en avez sans doute entendu parlé, il s'agit de la série "The Handmaid's Tale" dont la 5e...

Arts et Culture

Prendre une couverture chaude et confortable, une assiette de biscuits au pain d'épice et s'écraser dans le canapé pour regarder des films lesbiens de Noël. Comment résister à un tel programme...


Social


Recherches


Infolettre


2022 © Lesbia Magazine - Actualités et livres lesbiens - Tout droit réservé